En première année de master STAPS, Jean souhaite devenir préparateur sportif. Il réalise peu à peu que le mode d’apprentissage ne lui convient pas, et décide de changer complètement de voie. Après 4 mois de formation chez Jedha, le voilà Business / Data analyst chez Oppidum, agence de communication spécialisée dans le secteur automobile. Toute son histoire ici, de ses premiers pas dans la Data jusqu’à l’obtention de son job, en passant par les conseils qu’il donnerait !

QUEL EST TON BACKGROUND ?

Après mon bac, je suis parti sur licence STAPS. Mon but était de devenir préparateur physique, plus ou moins par défaut. Après cette licence, j’ai fait un master en coaching sportif. A ce moment, je me rendais compte que l’université n’était pas trop faite pour moi au niveau du format d’enseignement…J’attendais toujours le dernier moment pour m’impliquer, j’avais des résultats très moyens. Je ne ressentais pas la motivation, ni le sentiment d’apporter de la valeur.

COMMENT AS-TU DÉCOUVERT LA DATA SCIENCE ?

Tout cela était début 2018, à la fin de mon Master I. Au moment où j’ai voulu virer de carrière. Je me suis renseigné sur les métiers d’avenir, notamment ceux de la Data Science, les grands pans de la discipline et ai trouvé ça très intéressant, prometteur pour moi. J’étais encore loin de m’imaginer la diversité des compétences à avoir. Le meilleur moyen d’acquérir ces compétences, de savoir si je voulais m’y lancer professionnellement était de m’y former. Mais dans l’enseignement, j’avais besoin d’un encadrement, le tout sans perdre de temps ! C’est là que j’ai trouvé Jedha. La mise en avant sur la pratique et tous les modules proposés correspondaient à ce que je voulais : j’ai réalisé la formation des Fondamentaux la dernière quinzaine d’août 2018.

COMMENT AS-TU APPRÉHENDÉ LES FONDAMENTAUX ?

Je suis du Sud de la France ! J’ai débarqué à Paris sans connaître grand monde, pour entamer la formation. Au début, j’ai eu du mal à prendre le coche, puis je me suis rapidement mis à l’aise. L’idée dans les Fondamentaux était d’avoir une vue d’ensemble de ce qu’on peut faire dans la Data Science, au delà de l’aspect purement technique : au bout de 2 semaines, on a déjà sorti des projets très intéressants, avec une partie pratique majoritaire ! Tant au niveau de l’effectif réduit que de la proximité avec le professeur, beaucoup d’éléments sont réunis pour avancer rapidement, malgré des niveaux hétérogènes ! L’entraide était de mise, avec une super ambiance entre les élèves et un vrai suivi avec l’enseignant.

LES FONDAMENTAUX SE SONT ENSUITE ACHEVÉS !

Ayant réalisé 4 ans dans le sport, j’ai mené un projet de fin de Fondamentaux sur le Football. Mon but était de prédire la valeur des joueurs pour un meilleur mercato avec un algorithme de Machine Learning.

Après les Fondamentaux, je savais qu’il était possible que je suive la formation Fullstack, qui était bien dans la continuité de ce que j’avais déjà réalisé. En rentrant dans le Sud, je me suis rapidement lancé dans l’inscription au bootcamp Fullstack.

LE BOOTCAMP FULLSTACK S’EST OUVERT À TOI

J’étais élève de la première formation Fullstack de Jedha, de fin octobre 2018 à fin janvier 2019. Les 3 mois vont très vite, c’est pourquoi je m’impliquait d’autant plus, chose dont je ne nécessitais pas pendant ma formation STAPS.

J’ai eu 3 professeurs pendant la formation, avec des expertises et pédagogies différentes : Antoine pour les parties programmation & business-oriented, Charles pour se qui relevait de la création et l’apprentissage de modèles Machine Learning poussés, et Frédéric pour la partie mise en production.

Tout cela rendait une ambiance familiale, on a vraiment compris ce qu’était le parcours professionnel d’un Data Scientist, ce pourquoi il était là. Ils nous donnaient beaucoup de conseils, des idées plus précises sur le marché du recrutement et travail dans le secteur.

C’était parfois dur, mais vraiment intéressant pour moi !

PAS TROP PEUR DE DÉBARQUER DANS CE TOUT NOUVEAU SECTEUR ?

On a justement tissé des liens proches avec les camarades de promo. Le niveau était une nouvelle fois hétérogène, le système d’entraide se créait naturellement. On se challengeait beaucoup, avant d’avoir les conseils de nos professeurs pour les mini-projets entre chaque module.  J’en ai fait sur le pricing immobilier, sur le marché du jeu vidéo, le tout dans l’idée d’avoir un solide portfolio !

J’ai eu des moments de doutes, à cause du niveau élevé demandé sur les postes que l’on désirait. On ne se rendait pas compte que l’on était en train de les acquérir, car on assimilait beaucoup en relativement peu de temps, jusqu’au projet final ! Un projet final, bien plus poussé d’ailleurs, qui clôturait les 3 mois de bootcamp que nous étions stressés de présenter ce projet final devant 30-40 personnes, recruteurs et professionnels. Le mien traitait du speed-dating, prédire si un date allait donner une suite ou non. Tout s’est finalement très bien passé, on a bien fêté ça !

LE MOMENT DE SE LANCER SUR LE MARCHÉ DU TRAVAIL !

Mon objectif clair et net était de trouver un poste à la fin de la formation. Les débuts de la recherche étaient plus compliqués pour moi, je pense m’y être mal pris. Je voyais très bien que sur les annonces fusaient. Puis on m’a conseillé de me mettre d’avantage en avant sur les réseaux professionnels, et via mon CV, l’inclusion de termes techniques etc. J’ai à partir de ce moment eu énormément d’appels qui arrivaient, pour des postes dans tous types d’entreprises, mais je souhaitais évoluer dans une petite structure. 4 jours ouvrés après avoir fait ces changements, j’ai eu la proposition dans mon poste actuel !

QUEL EST EST TON NOUVEAU POSTE ?

Dans une agence de communication pour le secteur automobile. Je suis Business-Data Analyst, m’occupant des données prospects pour les comptes de Jaguar et Land Rover. Je réalise des traitements sur les données prospects en vue d’opérations marketing (publicitaires ou avec le concessionnaire). Le fait de travailler dans une petite entreprise me permet d’avoir un poste assez transverse, avec plusieurs missions dans différents départements. Cette nouvelle vie me plait beaucoup !

CE VIRAGE TOTAL PEUT DONNER LE VERTIGE 🙂

C’est allé si vite ! J’ai commencé à réellement me plonger dans la Data Science il y a à peine 1 an. J’ai rapidement pu apprendre énormément de choses, et me lancer de manière opérationnelle sur le marché du travail. Aussi, on avait été entrainé à la préparation des entretiens techniques pendant le bootcamp. J’étais étonné que mon background en STAPS ne gêne absolument pas les recruteurs ! J’expliquais simplement mon parcours, ils me posaient uniquement des questions sur les compétences que j’ai acquises, les projets réalisés pendant la formation.

QUEL CONSEIL DONNERAIS-TU À QUELQU’UN SOUHAITANT SE LANCER DANS LA DATA ?

Un moyen de se former d’abord ! Que ce soit en autodidacte, en master, ou en bootcamp, c’est sûr qu’acquérir de telles compétences techniques demande un entraînement.

Pour moi, le compromis temps / argent / qualité d’enseignement et de contenu était réuni dans mon bootcamp puisqu’en 7 mois, dont 4 en formation, j’ai pu passer d’un poste destiné de préparateur sportif à Data Analyst !