Une première session Lyonnaise s’achève : Gwénaëlle nous raconte son expérience de formation ! La pédagogie de Thomas, son professeurs, les conseils qu’elle a pu recevoir, la réalisation de son projet final, les modules étudiés, le marché de la Data Science à Lyon, elle nous explique tout !

Quel est ton background, tes besoins en formation ?

J’ai un master en informatique. Je voulais dès mes études travailler dans l’informatique décisionnelle. Depuis 8 ans, je bosse à mon compte dans le web, et je veux retourner maintenant dans ce monde de l’informatique décisionnelle qui est aujourd’hui la Data Science. J’ai passé à Lyon des entretiens dans des entreprises qui se sont très bien passés, mais j’ai bien vu que je devais mettre à jour mes compétences. Je pouvais m’auto-former, il y a énormément de ressources sur internet. Ayant besoin d’encadrement, d’un professeur nous formant sur les outils, je me suis intéressée aux formations en présentiel. En regardant les formations proposées à Lyon, je me suis penchée sur Jedha d’abord pour les Fondamentaux.

C’est notre première session à Lyon !

J’avoue que je ne serais pas venue à Paris, je tenais vraiment à rester à Lyon pour me former en Data Science. Quand je passais mes entretiens, on me disait que le marché de la Data Science progresse énormément à Lyon, avec un environnement Tech bien développé. Aujourd’hui, retourner dans un cadre de formation n’est pas du tout étrange pour moi, j’adore en apprendre plus !

Les fondamentaux sont sur 40-50 heures, cela ne t’as pas semblé court ?

J’apprécie le format du bootcamp, intensif, on n’a pas le temps d’oublier les choses, tout reste très frais. Je suis sûre que si le contenu avait été étalé sur plus de temps, on n’aurait pas sorti le même résultat. Dans une longue formation, c’est chronophage d’aller rechercher l’information là où elle se trouve surtout lorsque le concept étudié.

Ici, on voit exactement ce dont on va avoir besoin, en passant directement de la théorie à la pratique, pour chaque notion vue. Cela donne les pistes pour, ensuite, creuser chaque partie du pipeline Data Science, de la récupération des données à la présentation des résultats. Les horaires sont aussi arrangeants, car les journées trop longues sont souvent moins productives. Finir à 15h30 donne le temps de faire autre chose ou de rebosser suite à la journée de formation.

Enfin qu’as-tu pensé du contenu de cours ?

Même si le premier module est une mise en bouche que je connaissais déjà – Web Analytics – étant donné que je travaille dans le web, les modules suivants s’enchainaient bien !

J’ai beaucoup entendu parler de Tableau, mais je ne le maîtrisais pas : j’adore cet outil, on voit très bien le potentiel qu’il a. Ayant uniquement fait du R auparavant, je ne connaissais pas Jupyter, Spyder, ces manières de coder et d’exécuter. Jupyter est parfait pour cela, tout est gardé en mémoire, toutes les exécutions du code.

Comment est l’ambiance avec ton enseignant ?

Bienveillante ! Thomas est patient et pédagogue. Il arrive bien à vulgariser des choses complexes, je n’aurais pas réussi à simplifier des telles notions techniques ! Dès qu’il présente quelque chose de théorique on passe directement à la pratique, ce qui donne un rythme très dynamique.

Tout le monde pose des questions, s’entraide, demande de répéter certaines notions. Il y a des niveaux, objectifs de formation et domaines d’expertises différents, mais ça permet en somme d’avancer tout aussi vite.

Que penses-tu de la réalisation d’un projet final ?

Moi qui souhaite me diriger professionnellement dans la Data Science, réaliser ce premier projet Data est très bien ! C’est le premier de mon portfolio, et je me sens capable de l’agrémenter d’autres projets à présent. Un Data Scientist lors d’une conférence Jedha disait que pour bien commencer, il était préférable de réaliser un premier projet simple et pas trop ambitieux sur un domaine de notre intérêt. C’est ce que j’ai fait, mon projet porte sur les prédiction de performance sur un sport que je pratique, un dérivé de l’haltérophilie. Ça rend le tout bien plus ludique et permet de comprendre d’autant plus rapidement. Je confirme maintenant mon envie d’évoluer dans ce secteur !